fbpx

Golf: 5 motivations Santé de s’y mettre

Golf: 5 raisons santé pour s'y mettre
Golf: 5 raisons santé pour s’y mettre

Le golf constitue une activité physique et sportive dont l’impact positif sur la santé est soutenu par de nombreuses publications scientifiques.

Par le docteur Olivier Rouillon, médecin fédéral NATIONAL et MÉDECIN des équipes de France

La golf pour vivre plus longtemps

Une publication (Farahmand B, Broman G, de Faire U, Vagero D and Ahlbom A. « Golf: a game of life and death–reduced mortality in Swedish golf players, Scand J Med Sci Sports » 2009, 19:419-24) a mis en évidence un gain de 5 ans d’espérance de vie chez les golfeurs suédois. En effet, ce travail compare la population générale suédoise avec les 300 800 golfeurs licenciés dans ce pays, afin d’arriver à cette conclusion. À noter que les deux populations sont parfaitement comparables en termes d’âge, de sexe et de niveau socio-économique.

Les auteurs de ce travail avancent deux explications à ce constat : le fait de pratiquer une activité sportive (ce qui n’est pas une spécificité du golf) et la notion de prévention par socialisation. Derrière ce concept, ils valident le fait suivant : les golfeurs jouent le plus souvent avec des partenaires qui leur ressemblent en termes d’âge et de niveau de jeu.

Lorsqu’un golfeur constate qu’il éprouve des difficultés à suivre le rythme de marche et de jeu de ses partenaires, il va, de lui-même, s’engager dans une démarche de prévention en allant consulter un médecin pour obtenir la raison de cet état de fait.

L’impact positif sur le système cardio-vasculaire

Parmi les études publiées en la matière, une semble particulièrement contributive sur cet aspect des choses. En effet, ce travail a comparé 55 joueurs âgés de 48 à 64 ans, sédentaires pendant les 7 mois précédant l’étude, avec un groupe de 55 hommes sédentaires appariés en âge. Le premier groupe pratiquait le golf de façon bi-hebdomadaire pendant 20 semaines.

Les résultats montrent une amélioration significative du rapport HDL cholestérol /cholestérol total, ainsi qu’une amélioration des capacités aérobies.

La pratique du golf améliore donc les facteurs de risque cardio-vasculaire.

De plus, des travaux récents semblent ouvrir une piste pour la prévention de la maladie d’Alzheimer par augmentation du débit sanguin cérébral (obtenue par l’activité sportive).

Enfin, en ce qui concerne la dépense énergétique, la pratique du golf (parcours) entraîne la consommation de 350 calories par heure si l’on utilise un chariot manuel, soit 1 400 calories sur 18 trous (parcours semi-plat).

Impact positif sur le système ostéo-articulaire

Les données scientifiques sont nombreuses en la matière, et mettent en évidence l’aspect positif de la pratique du golf sur les 3 items suivants : force, souplesse et proprioception (équilibre et sens de position).

En outre, le golf est un sport présentant un risque faible de traumatismes ostéo-articulaires.

Bien évidemment, cet aspect bénéfique de la pratique du golf est sous-tendu par la nécessité d’un échauffement de qualité, sans, puis avec les clubs, pendant environ 10 minutes, afin de prévenir les blessures potentielles (microtraumatiques) et d’optimiser le niveau de jeu de chacun.

Une publication en 2011 a, par exemple, mis en évidence le fait que les golfeurs seniors ont un meilleur contrôle de l’équilibre (proprioception) que les sujets sains non golfeurs. Un autre travail en 2010 rapporte les mêmes conclusions en termes de contrôle statique et dynamique chez les sujets âgés.

L’une des problématiques spécifiques dans le domaine ostéo-articulaire est la pratique du golf après arthroplastie totale et en particulier après prothèse totale de hanche. En effet, nombreux sont les patients qui questionnent leur médecin ou leur chirurgien sur la possibilité de reprise du golf après prothèse totale de hanche, et dans quels délais.

Une enquête menée par la Fédération française de golf permet, en plus de la bibliographie, de répondre à ces interrogations :

  • sur 685 golfeurs porteurs d’une PTH, 99% d’entre eux ont été en capacité de reprendre (ou débuter le golf) ;
  • le niveau de jeu après PTH est globalement amélioré ou identique ;
  • les délais de reprise du golf sont en moyenne :
    • putting 2 mois ;
    • chipping 3 mois ;
    • practice et parcours entre 5 et 6 mois ;
  • les résultats de cette enquête ont fait l’objet d’une thèse de médecine, soutenue le 4 octobre 2013 par le docteur Jérôme Delambre (chirurgien orthopédiste). En fin d’article, un résumé des résultats de ce travail.

Un impact positif sur le système neurologique

Dans ce domaine également, les données scientifiques sont nombreuses et concordantes. Certaines ont mis en évidence, au travers de l’activité électrique du cerveau (électroencéphalogramme [EEG]), le fait que les golfeurs développent et conservent des habiletés mentales par rapport à des non-golfeurs. Les auteurs concluent sur l’impact positif de la pratique du golf en matière de vieillissement cérébral.

Dans le même ordre d’idées, des travaux en 2009 ont également démontré que des modifications neuro-anatomiques sont induites par la pratique du golf, avec un effet de seuil de 800 heures de pratique annuelle (15 heures par semaine). Cela traduit pour les auteurs des adaptations positives en matière de vieillissement cérébral.

Un impact positif sur la gestion du stress

Le golf bénéficie dans ce domaine d’un certain nombre d’arguments positifs:

  • il se pratique dans un environnement calme, agréable. Cela recouvre le concept anglo-saxon de Greenness ;
  • les objectifs du jeu sont déconnectés de la vie professionnelle ;
  • sa pratique nécessite d’alterner des phases de concentration courtes au moment de la préparation des coups et de leur exécution, avec des temps de relâchement de l’attention.

Ces différents éléments sont favorables à une optimisation de la gestion du stress, en particulier de celui lié aux contraintes de la vie professionnelle.

Tous les éléments expliqués ci-dessus font que le golf peut être considéré comme LA discipline Sport et Santé par excellence. Aussi, notre sport peut être commencé quasiment à tous les âges et ne présente que peu de contre-indications absolues à sa pratique.

En conclusion, si vous êtes golfeur, continuez à jouer de façon régulière, c’est excellent pour votre santé. Encouragez vos amis non golfeurs à débuter ce sport, en leur expliquant tous les aspects positifs de sa pratique pour leur santé et leur bien-être. 


Les résultats de l’enquête nationale sur la pratique du golf après Prothèse Totale de Hanche

Prothèse totale de hanche
Prothèse totale de hanche

La reprise du golf fait partie des objectifs d’une prothèse totale de hanche chez les patients souffrant d’une coxarthrose (arthrose de hanche). Les effets bénéfiques sur la sante de cette activité sportive sont démontrés. Mais à quel délai et à quel niveau ? Les publications scientifiques consacrées au golf après une prothèse totale de hanche portent souvent sur un nombre restreint de joueurs et ont des conclusions qui reposent essentiellement sur des tendances et des convictions.

Pour répondre à cette question, souvent posée par le patient golfeur en vue de l’intervention sur sa hanche, nous avons réalisé une enquête nationale au moyen d’un auto-questionnaire permettant ainsi de recueillir les informations chez 685 joueurs de golf licenciés auprès de la Fédération française, opérés d’une prothèse totale de hanche depuis plus de 2 ans.

Aussi, dans cette série, l’implantation d’une prothèse de hanche a permis une reprise du golf dans un délai moyen de 4 mois, à un niveau identique ou meilleur dans 73 % des cas à deux ans postopératoires. Seul l’index de jeu préopératoire intervient dans le délai de reprise du golf, celui-ci étant d’autant plus court que l’index du joueur est bas. De plus, la prothèse de hanche semble augmenter la longueur des drives dans 32 % des cas. Cette enquête a aussi permis d’étudier le mode de déplacement des joueurs sur le parcours après l’intervention. Ainsi, seuls 31 % l’ont modifié après l’intervention avec une tendance au passage du chariot manuel au chariot électrique. Enfin, l’âge, le côté opéré, la voie d’abord utilisée par le chirurgien n’interfèrent pas de façon statistique sur le délai de reprise du golf.

Ainsi, comme l’ont confirmé Tom Watson et Jack Nicklaus et maintenant 99 % des patients ayant répondu à notre questionnaire, la reprise du golf est possible rapidement après une intervention pour prothèse totale de hanche à un niveau bien souvent identique, voire meilleur.

Docteur Jérôme Delambre, Professeur Didier Hannouche, Docteur Olivier Rouillon, Service de Chirurgie orthopédique et traumatologique – Hôpital Lariboisière Paris

Doc Du Sport, votre magazine santé, vous accompagne dans votre vie sportive quotidienne.