fbpx

Le Médical en course: l’exemple de l’UTMB

Une équipe médicale sur l'UTMB
Une équipe médicale sur l’UTMB

Ils constituent le cœur d’une course pour tous les participants, sans eux, rien ne serait possible, certains leur doivent la vie, d’autres la gratitude du réconfort. Il s’agit de tout le corps médical qui se met en action sur un ultra-trail et qui veille au bon déroulement de la course pour tous ceux qui se sont lancé le défi de pousser leur corps à l’extrême. 20 Médecins, 47 infirmiers et 88 secouristes fournissent un travail colossal, avant, pendant et après la course pour que la santé de chacun soit la priorité de tous.

Par Anne Odru avec le docteur Patrick Basset, directeur médical de l’UTMB®

Un vrai travail de prévention

Afin d’être prête au moment du départ de la course, la commission médicale a effectué un gros travail en amont. L’ultra-trail nécessite une
formation spécifique pour tous les intervenants (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, podologues…), pour être à même de répondre à tous les besoins et réflexes qu’il faut développer en cas d’intervention dans un milieu naturel. C’est au cours de formations adaptées qu’ils sont éduqués aux spécificités du trail et de l’action dans une zone de montagne.

L’UTMB® est un événement complexe où il faut être opérationnel pendant deux nuits, ce qui nécessite aussi un entraînement. Les acteurs doivent également connaître les pathologies spécifiques de la course en montagne et les risques encourus en fonction de la météo. Ils doivent de même être mis en garde sur les produits dopants, afin d’agir correctement et de signaler la prise de produits considérés comme dopants lors d’une intervention si nécessaire.

Bien sûr, cette prévention est partagée avec les sportifs grâce à une campagne de sensibilisation sur les risques qu’ils vont pouvoir rencontrer pendant la course, une opération indispensable et largement diffusée en amont de la course, jusqu’au moment du départ.

Le service médical est omniprésent sur l'UTMB
Le service médical est omniprésent sur l’UTMB

Prévenir, réagir et agir vite

Face aux risques les plus fréquents, comme l’hyperthermie, l’hypothermie, le polytraumatisme, il faut tout de suite détecter les problèmes les plus graves et agir en fonction du danger. Ainsi, tout le corps médical se bat contre les « collapsus complexes ». Selon les conditions météos, il faut également anticiper les phénomènes de masse qui peuvent générer une crise, comme un manque de ravitaillement dans une zone qui va provoquer une accumulation de déshydratation.

Parallèlement à ces problèmes graves, il faut gérer les soins de confort (ampoules, tendinites, etc.) qui peuvent se révéler des signaux faibles de pathologies plus importantes. L’un des risques majeurs étant bien évidemment la fatigue, il faut se méfier des traileurs qui se mettent à courir en dormant, un danger important qui peut provoquer des chutes et donc des blessures graves.

Et une fois la course terminée, le travail ne s’arrête pas là pour la commission médicale, qui reste à la disposition des participants, jusqu’à 12 heures après la fin de l’épreuve pour répondre à toutes les demandes. ✱

L’UTMB EN QUELQUES CHIFFRES

  • 1 000 prises en charge médicales
  • 650 soins de confort
  • 90 – 100 interventions régulées par le PC
  • 5 – 10 évacuations héliportées
  • 15 – 25 patients hospitalisés
  • 32 points de secours
  • 6 ambulances

En parallèle de son statut en tant que président de la commission santé, le docteur Patrick Basset fait partie de la fondation Ultra Sports Science qui a pour but de solliciter des fonds et de faciliter la recherche pertinente liée au sport ultra-endurance ; de diffuser de nouvelles connaissances liées au sport ultra-endurance ; et d’améliorer la santé et la sécurité de ceux qui participent à des sports ultra-endurance.

Pour plus d’informations : https://ultrasportsscience.us/

Triathlète aventurière - Journaliste du sport et sportive - Formation scientifique en sciences de la nature et de la vie - Rédactrice en chef adjointe