fbpx

Philippe Claudel: « Faire de la randonnée améliore le rapport que l’on a avec soi-même »

Philippe CLAUDEL, un passionné de randonnée
Philippe CLAUDEL, un passionné de randonnée

Philippe Claudel est écrivain, réalisateur, et passionné de randonnée. Sa carrière l’a amené a diriger de grands acteurs comme Kristin Scott Thomas, Daniel Auteuil ou encore Clotilde Courau. Ses principaux romans sont traduits dans le monde entier et, au milieu de tout ce succès de création, Philippe Claudel se ressource en marchant. La montagne est son royaume et il y trouve la sérénité nécessaire à son quotidien.

Qu’est-ce qui vous plaît dans la randonnée ?

Philippe Claudel: C’est la prolongation de mon enfance. Je suis né en 1962 en lisière de campagne, j’ai découvert le monde à travers des journées entières de promenade. Le lien à la nature était important, c’était un superbe terrain de jeu qui réunissait à la fois le loisir et la connaissance. Je pouvais aller dans le monde, m’imaginer des explorations… La marche est liée à cette découverte photographique et à tout ce que le paysage peut y apporter. C’était un véritable désir de consulter ce grand livre naturel.

Aujourd’hui, j’y retrouve les mêmes vertus et valeurs en plus d’éprouver mon corps. Je pratique de longues marches, de manière tonique, ce qui me permet de sentir cette machine du corps dans laquelle nous sommes enfermés. La randonnée fait ressentir au corps qu’il est bien vivant.

Considérez-vous que la randonnée, c’est bon pour la santé ?

Philippe Claudel: Le physique et le mental sont très importants pour la santé et tirent tous les bienfaits de la randonnée. Peu de soucis résistent à quelques heures d’efforts physiques, on peut vraiment se sentir mieux après une bonne marche. C’est comme ça que je me défais d’une pesanteur qui tient à la vie contemporaine et à toutes ses pollutions mentales. Sur les chemins de randonnée, on revient aux premiers temps de l’humanité, même si on est plus équipé qu’à l’époque. Le fait de mettre nos pas dans des pas plus anciens me plaît beaucoup.

Que cherchez-vous sur ces chemins de randonnée ?

Philippe Claudel: Je suis un fou d’alpinisme ! J’aime marcher seul sur les sommets mais je marche aussi beaucoup avec ma femme. Nous avons plaisir à être ensemble en randonnée sans forcément se parler. Je marche beaucoup l’été, tous les jours, en montagne. Je suis tout le temps en voyage tout au long de l’année pour mon métier, l’été, je choisis de ne rien faire d’autre que de marcher. La montagne est le lieu essentiel pour moi.

Êtes-vous sportif ?

Philippe Claudel: Oui, j’ai besoin de pratiquer du sport. Je fais du triathlon, je nage tous les jours. On prend rarement conscience des décisions que le corps prend lorsque l’on tombe malade et que l’on se blesse, le mental n’y peut rien. La randonnée améliore le rapport qu’on peut entretenir avec soi-même. Il s’agit de relever un défi doux, sans danger si l’on fait attention. C’est un effort qui fait éprouver un sentiment de fierté, une frugalité d’existence à travers des choses simples.

Est-ce une activité indispensable pour vous ?

Philippe Claudel: Oui. Je pratique même la randonnée urbaine quand je suis en déplacement dans de grandes villes internationales. C’est très agréable d’y marcher, j’y ressens une prise de liberté. On a juste besoin de nos jambes, c’est une chance de pouvoir s’en servir à travers cette activité où les paysages variés défilent à notre vitesse. La marche se pratique à la hauteur de chacun, on est près de la Terre, on est sur elle, on l’éprouve et on peut zoomer sur des détails, comme dans mon métier.

© DR

Triathlète aventurière - Journaliste du sport et sportive - Formation scientifique en sciences de la nature et de la vie - Rédactrice en chef adjointe