fbpx

Sport santé: natation et diabète

Natation et diabète
Natation et diabète

L’activité physique, en particulier la natation, fait partie du traitement du diabète, notamment de celui de type 2, en complément d’une alimentation équilibrée et du traitement par médicaments. La natation est donc très bénéfique en cas de diabète et elle vous sera régulièrement recommandée par votre médecin.

Par le docteur Karim BELAÏD, médecin du sport-santé

A lire aussi:

En pratiquant à votre rythme et dans une atmosphère sécurisante et conviviale, vous verrez baisser votre glycémie très nettement et très durablement et ressentirez de nombreux effets positifs sur votre santé.

Quels sont les bénéfices attendus de la natation dans le traitement du diabète ?

Amélioration de l’équilibre glycémique à long terme

On constate une baisse, voire une normalisation de la glycémie, cela grâce à une meilleure utilisation de l’insuline et du glucose par les cellules de l’organisme, notamment celles des muscles.

Il faut privilégier pour cela la pratique régulière en endurance, à intensité modérée, « à votre rythme » (on parle d’utilisation de la  filière aérobie). Et 2 fois par semaine, il est recommandé d’y associer une pratique en résistance douce avec des efforts musculaires légèrement plus soutenus, de type musculation douce.

En cas de pratique régulière, on constate une baisse de l’hémoglobine glyquée HbA1c d’environ 1 % (et souvent plus du fait de modifications importantes du mode de vie). Chez les personnes diabétiques de type 2 qui ont un taux élevé d’HbA1c, la baisse est encore plus nette. Chez les personnes diabétiques de type 2  traitées par insuline, une activité physique régulière telle que la natation permet de réduire les  doses d’insuline.

Favorisation de la perte de poids en cas de surpoids

La natation apporte une dépense énergétique qui favorise la perte de poids, en développant la masse musculaire et en diminuant la masse grasse, notamment abdominale. Les activités d’endurance utilisent dans l’organisme des réserves d’énergie principalement graisseuses et cela facilite la perte de poids. Avec la natation, l’effet est encore plus marqué par la dépense énergétique provoquée par la différence de température entre le corps et l’eau.

L’association à un programme de rééquilibrage alimentaire est complémentaire ; une perte de poids de 5 à 10 % est très efficace dans le traitement du diabète.

Renforcement du système musculaire

On constate  une augmentation de la masse musculaire avec réduction de la masse grasse. La force et l’endurance musculaire augmentent progressivement.

Amélioration du système cardio-vasculaire

On constate une élévation de l’endurance cardio-vasculaire (VO2max) avec amélioration du débit cardiaque et de la fréquence cardiaque. La pression artérielle diminue grâce en particulier à l’augmentation de la vascularisation périphérique. Le retour veineux est bien meilleur au niveau des membres inférieurs.

Il se produit par ailleurs une amélioration du profil lipidique (baisse du LDL cholestérol et des triglycérides, augmentation du HDL cholestérol) ainsi que de la fluidité sanguine.

En fait, une pratique régulière de natation vous permettra d’agir efficacement sur les 5 facteurs de risque de progression de la maladie diabétique:

  • l’hémoglobine glyquée,
  • la pression artérielle,
  • l’indice de masse corporelle,
  • la masse grasse viscérale
  • et le profil lipidique.

Cela réduit de 25 à 30 % le risque de survenue des complications micro-vasculaires et de maladies cardio-vasculaires.

Amélioration de la capacité respiratoire

La capacité cardio-respiratoire augmente grâce au renforcement des muscles respiratoires et à l’amélioration de la fonction cardio-vasculaire. La pratique en endurance favorise la fréquence respiratoire et diminue l’essoufflement à l’effort. Les exercices en renforcement musculaire améliorent la force et l’endurance musculaires.

Amélioration du système ostéo-articulaire – préservation des articulations

Le poids du corps étant porté par l’eau  (poussée d’Archimède), les contraintes articulaires sont moindres. Les articulations endolories par l’arthrose retrouvent alors de meilleures capacités de mouvement. La natation permet par ailleurs de faire travailler toutes les parties du corps, aussi bien le haut que le bas, sans sollicitation articulaire excessive. La posture générale, la souplesse articulaire et l’équilibre s’améliorent également.

Bienfaits sur le plan psychique

La pratique de la natation est associée très rapidement à un sentiment de bien-être, de relaxation, de détente, d’amélioration de l’image corporelle, de diminution du stress.

L’aisance dans l’eau est réelle dès le début, elle n’est plus ressentie comme un frein à la mobilité, notamment en cas de surcharge pondérale, d’articulations enraidies ou douloureuses

À noter également les bénéfices d’une pratique régulière de la natation dans la PRÉVENTION du diabète de type 2. Le risque de voir se développer un diabète diminue de près de 60 %, en particulier pour les personnes en surpoids, en sédentarité ou ayant une hérédité de diabète.

Quelques conseils et précautions dans la pratique de la natation en traitement du diabète

Avant de commencer votre programme de natation, consultez votre médecin pour vérifier que votre état de santé vous le permet et pour évoquer quelques conseils et précautions de pratique.

L’examen cardio-vasculaire permettra de vérifier l’absence de problème coronarien. Si ce dernier existe, une activité physique adaptée sera proposée après la mise en place d’un traitement.

L’examen médical consiste d’une part à rechercher des symptômes d’origine coronarienne, d’autre part de faire un électrocardiogramme de repos tous les ans et un électrocardiogramme d’effort tous les deux ans. Cela à partir de 40 ans ou s’il existe, en plus du diabète, 2 des facteurs de risque suivants : tabac, HTA, antécédent familial d’accident cardiaque précoce, âge de plus de 50 ans pour les hommes, 60 ans pour les femmes, anomalies du cholestérol sanguin (LDL supérieur à 1 g/l, HDL inférieur à 0,40 g/l).

En cas d’hypertension artérielle

En cas d’hypertension artérielle, il faut vérifier que la tension est bien équilibrée avec le traitement. L’objectif au repos est de ne pas dépasser 140/80 mm Hg.

Évaluation des risques d’hypoglycémie (lorsque la glycémie baisse à 0,75 g/l ou moins). Cela concerne principalement les personnes traitées par insuline ou par comprimés de type sulfamides ou glinides.

En cas d’hypoglycémie

En cas d’hypoglycémie, 15 g de glucides rapides (par exemple une briquette de jus de fruits ou une petite gourde de compote) puis 20 g de sucres lents (une tranche de pain, 3 biscuits secs ou une barre de céréales) permettent habituellement de normaliser la glycémie.

Pour prévenir les hypoglycémies, il faut prendre l’habitude de contrôler sa glycémie avant, pendant et après la séance. Il est recommandé de commencer la séance avec une glycémie entre 1,5 et 1,8 g/l.

Concernant les pieds, il faut éviter la survenue de plaies. Pour cela, il faut veiller à avoir un chaussage adapté, se sécher les pieds correctement, et traiter les éventuelles mycoses. En cas de plaie au pied, il faut consulter un médecin et s’abstenir de nager jusqu’à la cicatrisation complète.

Pour plus d’informations sur la natation et le diabète

En vous renseignant auprès du club de natation de votre ville, vous trouverez des activités spécifiques de natation santé avec les programmes NAGEZ FORME SANTÉ et NAGEZ FORME BIEN-ÊTRE mis en œuvre par la Fédération française de natation. Les séances sont animées par des éducateurs qui ont suivi une formation spécifique et qui vous proposeront une pratique régulière, adaptée, sécurisante et progressive, cela tout au long d’une saison et dans une bonne ambiance de convivialité et de bien-être.

A lire aussi:

Prenez quelques minutes pour regarder le clip de présentation de ce programme réalisé par la Fédération française de Natation :