fbpx

Golf: quelques précautions pour cette activité de plein air

Golf et insectes
Golf et insectes

Cette activité sportive nécessite tout de même quelques précautions, car nous ne sommes pas les seuls êtres vivants à vivre au grand air.

Par le docteur Rémi Mifsud, Médecin du Sport membre de la Commission de la FFGOLF

En effet, les insectes représentent l’espèce la plus nombreuse sur la planète et si, pendant un parcours, il nous arrive de contempler un papillon posé sur notre balle, il existe aussi des insectes plus agressifs, piqueurs ou hématophages.

Comment se protéger des insectes piqueurs?

Les piqueurs sont surtout les guêpes et les frelons, dont la piqûre est très désagréable, voire dangereuse en cas d’allergie.

L’autre piqueur est le moustique, notamment le fameux moustique-tigre qui pique aussi en journée, donc lorsque nous jouons, et qui peut être vecteur de maladies, en particulier lorsque nous jouons sous les tropiques…

La seule solution est de ne pas se faire piquer, en utilisant des répulsifs, depuis le practice jusqu’à la fin de la partie, mais aussi au bar et lors des soirées en plein air…

Comment se protéger des insectes hématophages?

Parmi les hématophages, les plus connus sont les puces, les punaises et les tiques.

Leur morsure est aussi désagréable qu’une piqûre, mais il nous faut être un peu plus attentif car il y a danger, et donc des précautions à prendre.

La tique est un petit insecte qui peut transmettre des maladies dont la maladie de Lyme, potentiellement très grave si elle n’est pas prise à temps.

On trouve des tiques dans les parcs, les forêts et les parcours de golf.

La tique aime les animaux à sang chaud, depuis les petits rongeurs jusqu’aux plus gros, sans oublier les êtres humains…

Il y a des tiques dans le rough, dans les buissons, les hautes herbes, les fougères, dans la forêt ; la tique se laisse tomber sur l’animal ou le joueur qui passe à proximité.

La meilleure des préventions et d’éviter de se faire mordre, la morsure est indolore, il faut s’inspecter après chaque parcours !

Il est recommandé de porter des vêtements clairs et longs qui recouvrent bien, une casquette ou un chapeau qui permet de voir les tiques avant qu’elles ne se glissent en dessous et qu’elles plantent leur rostre pour s’accrocher.

Il faut utiliser des répulsifs, comme pour les autres insectes, contenant du DEET.

À la suite de chaque parcours, il faut se doucher et inspecter attentivement les endroits chauds et humides, c’est-à-dire les plis du corps où les tiques ont l’habitude de s’installer (aisselles, aines, creux des genoux, tête, nuque).

Lorsqu’on découvre une tique, on ne doit surtout pas l’anesthésier à l’éther ou autre produit, ni uiliser une pince à épiler.

Il existe des tire-tiques, crochets en plastique que l’on trouve dans toutes les pharmacies et dans toutes les boutiques de sport ou de découverte, qui permettent d’enlever complètement la tique en la soulevant sans qu’elle soit écrasée et régurgite les microbes et parasites qu’elle contient. Il faut ensuite désinfecter soigneusement !

Après toute morsure de tiques, il faut consulter son médecin, lui expliquer combien de temps la tique est restée accrochée, comment elle a été enlevée, pour qu’il décide de la meilleure thérapeutique à mettre en œuvre.

Toutes les informations sont sur le site francelyme.fr

>> A lire aussi, notre article sur nos conseils d’hydratation pour la pratique du golf.

pub
Doc Du Sport, votre magazine santé, vous accompagne dans votre vie sportive quotidienne.