fbpx

Sport et cancer: des bénéfices indéniables!

Sport et cancer
Sport et cancer: des bénéfices indébiables

Si le repos a longtemps été la règle pour les personnes atteintes de cancer, on assiste aujourd’hui à un véritable changement de paradigme. Amélioration de la qualité de vie des patients, diminution de la fatigue et des risques de récidive, l’activité physique est l’une des nombreuses « médecines douces » auxquelles on peut recourir, en complément des traitements.

Par Élodie Sillaro, Avec Clothilde Virlogeux, directrice de formation à la FFEPGV (Fédération Française d’Éducation Physique et de Gymnastique Volontaire) et formatrice nationale du programme « Gym’ après cancer »

De nombreuses études scientifiques ont prouvé que l’activité physique a un effet protecteur et préventif démontré sur plusieurs cancers. Mais qu’en est-il lorsque la maladie est là ? Si la priorité fut longtemps donnée aux traitements, l’activité physique est aujourd’hui considérée comme un soin de support (ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie), appuyé par des résultats scientifiques probants. Adaptée, elle est une réelle alliée dans la lutte contre le cancer.

Véritable coup de fouet

« Il existe peu de contre-indications à la pratique d’une activité sportive lorsqu’on est atteint d’un cancer », explique Clothilde Virlogeux, formatrice nationale du programme « Gym’ après Cancer » de la FFEPGV. « Elle est reconnue mondialement comme un moyen de combattre efficacement la fatigue chronique et d’insuffler une nouvelle énergie », ajoute-t-elle. À ce titre, il est conseillé de la débuter le plus tôt possible après le diagnostic, selon les recommandations officielles. Elle peut ainsi se pratiquer durant les traitements afin de prévenir le déconditionnement physique lié à l’arrêt du travail, la sédentarité ou la fatigue. C’est un moyen de lutter contre l’inactivité physique et ses répercussions physiologiques (atrophie musculaire, déconditionnement cardio-respiratoire, trouble de l’équilibre) et psychologiques (perte de confiance en ses capacités physiques).

Sport et cancer: une qualité de vie améliorée

Grâce au sport, la qualité de vie s’en trouve améliorée : « L’activité sportive permet de réduire les effets négatifs de la maladie tels que la fatigue, les troubles du sommeil, l’anxiété ou la prise de poids ». À cela s’ajoutent une diminution des douleurs causées par les tensions musculaires et une éventuelle réduction des effets secondaires dus aux traitements. « La pratique d’une activité physique accompagne les pratiquants dans la réappropriation de leur corps, de l’image qu’ils ont de leur corps et d’eux-mêmes .» C’est aussi un moyen de lutter contre l’isolement en créant du lien social. Animatrice des Gym’ Après Cancer durant 6 ans, Clothilde Virlogeux explique que « le lien avec le groupe et l’animateur est très fort. Il existe une véritable cohésion, une solidarité qui se crée même en dehors des séances sportives ».

Sport et cancer: une diminution des récidives

« L’activité physique peut également réduire le risque de récidive de 30 à
35 % », souligne la directrice de formation. En effet, l’Inserm a été sollicité par le ministère des Sports pour réaliser une expertise collective en vue d’analyser l’impact de l’activité physique sur les maladies chroniques (dont le cancer) et sa place dans le parcours de soins. Il en ressort qu’elle « améliore la qualité de vie et réduit les effets secondaires liés au cancer et aux traitements (déconditionnement musculaire, fatigue, intolérance au traitement…) ainsi que les récidives » dans le cadre d’un programme combinant endurance et renforcement musculaire adapté avec un minimum de 3 séances.

Gym’ Après Cancer

Afin d’accompagner les personnes aux différents stades de la maladie dans la reprise ou la poursuite d’une activité physique, la FFEPGV a mis en place un programme sportif de septembre à juin à raison de 2 à 3 séances par semaine (conformément aux recommandations internationales) : deux séances en salle proposant du renforcement musculaire, du travail cardio-respiratoire, de l’équilibre, de la coordination, de la souplesse et de la relaxation ainsi qu’une séance en extérieur de type marche collective. « Le groupe et l’animateur aident les pratiquants à réaliser ce dont ils ne se seraient pas sentis capables, à intégrer de nouvelles habitudes de vie dans un cadre associatif et convivial, et ainsi faire face à la maladie .» Les séances peuvent se dérouler sur les lieux de traitement (CHU, centre de lutte contre le cancer), les ERI (Espace rencontres et information), dans des lieux médicalisés dédiés ainsi que dans les clubs EPGV. ✱

Pour connaître le programme le plus proche de son domicile: www.ffepgv.fr ou www.sport-sante.fr

Doc Du Sport, votre magazine santé, vous accompagne dans votre vie sportive quotidienne.