fbpx

La préparation physique des skippers

La préparation physique des skippers
5 (100%) 1 vote[s]
Skippers: préparation physique
Des appareils de cardiotraining comme le Top de Technogym reproduisent le travail musculaire et cardiaque du winch

Autrefois être bon navigateur pouvait suffire. Désormais les bateaux de compétition sont devenus bien plus rapides et beaucoup plus physique. Pour espérer l’emporter, il faut être très en forme ! Découvrons ensemble l’entraînement de ces athlètes de la mer.

Skipper: une endurance de marathonien ou d’ultra-taileur

Rester stable sur un bateau qui bouge en permanence revient à être tout le temps en mouvement ! Le cœur et les muscles des skippers travaillent en permanence. Il faut une endurance de marathonien voir d’ultra traileur !

Lors des changements de cap, pendant 5 à 20 minutes, l’effort devient très intense. Le skipper doit manipuler les sacs contenant d’énormes voiles. Il lui faut une force d’haltérophile. Il le hisse ensuite sur les mâts en moulinant sur les winchs.

Dans le jargon des voileux, le déplacement de tout ce matériel pour le nom de «matossage».

Lors de ces manœuvres, toutes les masses musculaires sont sollicitées puissamment et le système cardiovasculaire s’emballe. La fréquence cardiaque tourne entre 170 et 190.

Cette fois notre skipper fait du fractionné à la manière d’un cycliste qui tente une échappée. Comme tout sportif de haut niveau, sa préparation physique est structurée : de l’endurance basse et haute intensité, de la musculation et de la coordination. Voyons les méthodes utilisées pour forger des athlètes aptes à assumer de telles charges de travail. Découvrons les astuces employées pour rendre cet entraînement plus spécifique de la voile.

Une préparation physique généralisée

A distance des grosses épreuves, en période de conception des bateaux, les marins restent actifs. Ils poursuivent ce que l’on nomme encore une préparation physique généralisée.

Entre deux rendez-vous avec les sponsors, ils restent en forme en pratiquant des sports d’endurance, du renforcement musculaire et des activités plus techniques.

Le plus souvent, la mer est omniprésente. Nombreux sont ceux qui aiment nager. Certains sont même coachés par des triathlètes qui eux aussi apprécient la natation en milieu naturel.

Le Kayak de mer, le stand up paddle ou le kitesurf sont aussi des disciplines plébiscitées. Elles sollicitent l’ensemble du corps en faisant la part belle au gainage, à la glisse et  à l’équilibre.

Plus loin dans les terres, d’autres courent ou pédalent. Le vélo de route et surtout le VTT travaillent la coordination et l’optimisation des trajectoires. La musculation et le cardiotraining se pratiquent à domicile ou en salle selon les goûts de chacun. 

Les exercices traditionnels type développé couché, tirage et squat sont au programme. Comme la navigation de compétition, le rameur ou l’elliptique mettent à contribution les bras et les jambes. Un « gainage fonctionnel » assure la transmission des forces entre le haut et le bas du corps.  

Un affutage plus technique

A l’approche des grandes échéances, environ 3 mois avant le départ, le programme devient plus dur et gagne en spécificité.

Le cardiotraining intègre maintenant des cessions reproduisant les contraintes du « matossage ». Initialement les cessions durent 15 à 20 minutes et sont réalisées au seuil de l’essoufflement soit entre 70 et 80% des aptitudes cardiaques. 

Progressivement, les fractionnés se raccourcissent et gagnent en intensité. Ils se déclinent désormais entre 90 et 100% de la puissance maximale aérobie. Là encore, les rameurs et les elliptiques sont les bienvenus.

Cependant il faut désormais mettre l’accent sur le travail des membres supérieurs. Des vélos à bras existent chez Technogym et Matrix. Ils reproduisent assez bien le geste du winch incontournable pour hisser les voiles. L’utilisation de cordes lestées contribue aussi à l’entraînement du haut du corps. 

Le Crossfit tient aussi une place de choix à ce moment de la préparation. L’esprit même de cette discipline ressemble au « matossage ». Il s’agit de mobiliser de lourdes charges du quotidien à l’occasion d’efforts explosifs associant cardio et renfo !

Les exercices de musculation traditionnelle sont détournés pour gagner en spécificité. Les squats deviennent instables ; ils sont réalisés sur des coussins de proprioceptions ou sur des trampolines. Pour ce rapprocher des contraintes inhérentes à la voile, on ne peut guère faire mieux. Souvenez-vous que « trampoline » est aussi le nom donnés aux grands filets tendus entre les flotteurs et la coque des trimarans.

Les tremblements des nouveaux bateaux en carbone épuisent les muscles. En effet, ces derniers ont le réflexe de se contracter à chaque micro-mouvement. Pour mieux s’y adapter, les squats peuvent être faits sur plateformes vibrantes type Powerplate.

Le renforcement fonctionnel est très en vogue dans les salles. C’est une aubaine pour les skippers. Le travail à la poulie de tirage placée à différentes hauteurs s’apparente aux gestes effectués sur le voilier.

Le déplacement de Kettlebells ou de sacs lestés prépare aussi au « matossage ». Mais pour peaufiner la spécificité, ils le font sur des parcours de proprioception ou sur de gros tapis de saut à la perche.

Enfin, si chacun à sa méthode, tous les navigateurs sont unanimes. Ce qui est le plus efficace pour achever sa préparation, c’est de naviguer ! Alors, dès que le nouveau bateau est près, il faut prendre le large afin de procéder aux derniers réglages de l’homme et de la machine !

Article à retrouver dans le prochain magazine « Voile Santé »:

pub
Triathlète adepte du cardiotraining et de la musculation - Médecin du sport - traumatologue du sport - nutritionniste du sport - diplômé en entraînement du sportif - Rédacteur en chef