fbpx

Martin Fourcade, un champion qui écoute son corps

Interview de Martin Fourcade
Interview de Martin Fourcade

Considéré comme l’un des plus grands sportifs français en activité, Martin Fourcade impressionne par son palmarès. À 31 ans, le biathlète est quintuple champion olympique, sept fois vainqueur du classement général de la Coupe du monde et onze fois champion du monde. Il détient également le record du nombre de Globes de Cristal remportés: 31. Autant dire que ses armoires débordent, tout comme sa motivation, qui ne s’essouffle pas après plus de 10 ans de carrière. Aujourd’hui, il démarre une nouvelle saison avec enthousiasme et sagesse.

DDS: Comment vous sentez-vous juste avant la reprise de la compétition ?

Martin Fourcade: Je ne me sens pas mal. Nous sommes en stage en Norvège pour les derniers réglages et surtout pour retrouver des sensations sur la neige. J’ai repris début mai et je n’ai donc pas encore pu pratiquer sur de la neige. Pendant 5 mois, je me suis entraîné en faisant du ski roues, de la musculation, du vélo et du trail. La course à pied reste le sport de base aussi et j’en fais beaucoup.

DDS: Quels sont vos objectifs cette saison ?

Martin Fourcade: J’essaie de ne pas trop me projeter. Je reste ambitieux, mais sans faire de plan sur la comète pour éviter d’être déçu. J’ai eu du mal à me remettre de l’année dernière qui fut très compliquée pour moi. J’ai tout de même hâte de me tester sur les premières courses.

DDS: Comment s’est déroulée votre préparation ?

Martin Fourcade: Avec mes dix années de carrière, j’ai pas mal de repères que je remets en place chaque saison. Lors de la reprise, je commence par une période de gros foncier en juin, juillet et août. Puis j’augmente l’intensité en septembre et octobre. Le corps évolue au fil des ans et j’ai appris à l’écouter pour éviter de faire des erreurs, comme ça pouvait m’arriver quand j’étais plus jeune. Je récupère moins bien, forcément donc il faut être plus vigilant, j’ai négligé ça l’année dernière, ce qui m’a coûté cher. J’évolue en fonction des besoins de mon corps.

DDS: Quel est votre rythme d’entraînement ?

Martin Fourcade: Je m’entraîne 6 jours par semaine, 2 fois par jour. J’ai une séance spécifique le matin et une séance de récupération l’après-midi. Je fais de la musculation également. J’ai une journée de vrai repos par semaine, c’est très important pour ne pas négliger la récupération du corps. C’est une partie intégrante dans la préparation, c’est pourquoi j’en profite pour laisser mon corps au calme tout en passant du temps en famille.

Martin Fourcade

DDS: Comment adaptez-vous vos séances en fonction de la météo ?

Martin Fourcade: Des fois, on s’adapte avec une séance en intérieur. On peut également modifier la programmation de la semaine lorsque c’est anticipé. Il faut aussi soulager le mental, et parfois se faire violence, ça fait partie de la préparation. La pluie, le vent, le froid… on ne s’entraîne pas dans ces conditions pour rien, ça a un impact bénéfique sur le physique et le mental.

DDS: Comment faites-vous pour éviter les blessures ?

Martin Fourcade: Ne pas se blesser est impossible… Il faut faire de la prévention, avec des séances de kinésithérapie par exemple. Le biathlon n’est pas un sport traumatique, mais il favorise les blessures d’usure. Je me contente donc d’adapter mes séances en fonction de mes douleurs lorsque j’en ai.

DDS: Quels conseils pouvez-vous donner à nos lecteurs pour se mettre au biathlon ?

Martin Fourcade: C’est un sport exigeant qui demande de la patience, il faut prendre le temps de l’apprécier. Il faut se rassurer et ne pas lâcher avant de vraiment se faire plaisir. Il faut pratiquer régulièrement pour trouver de bonnes sensations et progresser. Enfin, c’est un sport qui se gagne au mental, quand le bon état d’esprit est là, la motivation aussi ! Il faut savoir s’écouter et ne pas avoir peur de déplacer des montagnes pour réussir dans ce superbe sport.

Martin FOURCADE

© christophe pallot / agence zoom x 3