fbpx

Pour gagner, il faut se connaître parfaitement!

Pour gagner, il faut se connaître parfaitement
Pour gagner, il faut se connaître parfaitement

Gwladys Nocera est une jeune retraitée. À 43 ans, elle quitte le circuit professionnel européen où elle a évolué pendant 17 ans et se lance désormais dans le coaching. Une nouvelle vocation qui lui va bien car elle sait exactement comment se gérer, aussi bien mentalement que physiquement, afin d’arriver au plus haut niveau.

Propos recueillis par Anne Odru

Comment votre entraînement a-t-il évolué tout au long de votre carrière ?

J’ai commencé très jeune le golf mais, comme je pratiquais déjà d’autres sports (tennis et handball), j’ai conservé un rythme d’entraînement incluant une préparation physique traditionnelle. À 14 ans, j’étais même la seule à en avoir une dans le milieu du golf, mais pour moi il a toujours été question de pratiquer un sport comme les autres avec les mêmes codes d’entraînement.

En revanche, je n’ai jamais fait de régime car je suis très gourmande et comme le golf est très physique, ça ne m’a jamais posé de problème. Et puis ce n’est pas une discipline qui demande trop d’exigence à ce niveau-là même s’il y a une bonne hygiène de vie à respecter. C’est la base de beaucoup de sports.

Pourquoi avez-vous choisi le golf ?

Je pense que j’avais une carte à jouer même si je n’envisageais pas de parvenir à un aussi haut niveau ! Je n’étais pas assez bonne en tennis pour passer professionnelle et le handball était trop violent. Je n’avais pas une ambition de grande championne mais je me suis trouvé une place dans cette discipline qui a été mon école de la vie. J’ai travaillé dur et c’est comme ça que j’ai réussi.

Est-ce un sport difficile psychologiquement ?

Oui, car il faut se connaître parfaitement et être honnête avec soi-même. On est responsable de ce qui se passe sur le parcours et on se retrouve seul face à la balle. Dans ce sport, c’est le joueur qui pose des questions à l’entraîneur et non pas l’entraîneur qui donne ses instructions ce qui est différent des autres sports. Et puis, ça reste également une grosse responsabilité de décider de faire du sport tous les jours pour bien se préparer.

Quel était votre rythme d’entraînement ?

Je faisais de la préparation physique tous les jours. Sur 15 ans de carrière, j’ai dû passer 3 ans en salle de musculation seulement. J’ai gardé des entraînements avec des exercices très proches de ce que je faisais en tennis et j’ai toujours fait mes séances en extérieur, peu importe la météo, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse froid, ça renforce en plus le mental !

Les mouvements pratiqués dans le golf peuvent être traumatisants, comment gériez-vous cela ?

C’est vrai que le swing est un mouvement complètement asymétrique et qu’il faut y faire attention. Un mauvais mouvement entraîne des douleurs et des tendinites au coude et à l’épaule qui sont les blessures les plus fréquentes. Il faut éviter de trop taper de balles pour ne pas s’user en s’infligeant des répétitions excessives. Ma préparation physique m’a permis de ne pas me blesser. Si j’avais trop forcé, je me serais forcément blessée.

Au-delà de la préparation physique, la préparation mentale est-elle importante ?

Toute ma carrière j’ai évolué avec une préparatrice mentale. Mais attention, il ne faut pas confondre devoir faire une préparation mentale et poser des questions pour s’aider. Il faut que ça serve à s’améliorer sur un sujet précis. La maturité est aussi importante dans ce sport, tout comme la détermination. « Connaissez-vous, sachez ce que vous voulez », en suivant ces directives, on peut se donner les moyens de réussir.  ✱

Gwladys Nocera: "pour gagner, ilfaut se connaître parfaitement".
Gwladys Nocera: « pour gagner, ilfaut se connaître parfaitement ».
pub
Triathlète aventurière - Journaliste du sport et sportive - Formation scientifique en sciences de la nature et de la vie - Rédactrice en chef adjointe